Laureth Sulfate


L'art de se découvrir

Laureth Sulfate est dans une approche engagée en opposition à la nouvelle religion de l’imposture et de la servitude volontaire.
Il y a une vulnérabilité de l'humain qui lui fait admettre certaines soumissions, par ignorance, par facilité, mais aussi par compassion, courage, amour et fidélité ...

L’humain transformé en marchandise en arrive à se contempler lui-même derrière le masque de Paillasse.
Laureth Sulfate utilise cette imposture pour dénoncer le pouvoir et la norme en essayant de réintroduire la beauté.

Ces femmes sont conscientes et retournent l’artifice : le voile, le masque montrent plus qu’ils ne cachent, comme s’ils avaient la fonction primaire d'attirer le regard, laissant le soin à l’imaginaire de trouver l’essentiel.

La frontière entre souci de pudeur et désir d'être vu est parfois mince… toute l'ambivalence d'une situation...où le pantin n 'est pas celui qu'on pense.

Ces femmes envisagées comme des marchandises compulsivement désirées sont des miroirs qui reflètent nos propres fantasmes, nos envies de pouvoir et de domination, nos pulsions, dans leur réalisation la plus immédiate,

Ne vous laissez pas prendre au piège. Elles ne sont pas simplement l’expression des idées qu’elles ont pourtant suscitées. Conscientes de leur pouvoir elles avancent, fières, sûres d’elles pour faire renaître la conscience oubliée de notre humanité.

Ces femmes, comme l’artiste, sont aussi joyeuses, généreuses et pétillantes.
Protagonistes d’un jeu qui pourrait se révéler cruel, elles le désamorcent par leur charme, leur humour et leur désir de vivre.


 ____________________________________________

Dans son travail, Laureth Sulfate Utilise la femme et s'en sert de pont métaphysique pour fouiller la vie instinctive et en particulier l'érotisme comme une créature sensuelle et en ressort tout ce qui s'y trouve de plaisir et de douleur. Elle cherche dans l'inconscient de l'expérience individuelle.

Par sa capacité à mettre le rêve en image, à transcender la réalité, à choisir les associations audacieuses, à laisser l'humour surgir au détour du lyrisme, elle nous injecte le désordre et nous bascule dans l'imaginaire, dans une cure d'origine du monde. Un vertige qui se nourrit dans la lèpre de nos fantasmes et de notre petite enfance.

Aux extrémités mouvantes ou se situe sa conscience ; l'homme veut percer la surface coagulée du connu. Il se cogne contre la vitre pareil à la mouche qui ne comprend pas et s'obstine à passer.

Frédéric de Boccard

  ____________________________________________  

Laureth Sulfate

Il parait évident qu'un engagement soit intelligent, sensible, respectueux, sans ironie aucune !
Il apparaît si nécessaire que le travail d'une artiste inspirée ne soit pas vain !
Il devient si formidable qu'une femme, Artiste, s'émancipe de tout poncif pour exprimer avec subtilité, vigueur et conviction les circonstances de Vies d'autres femmes...

Laureth Sulfate suggère et souvent démontre...
...Les vies ordinaires et extraordinaires existent au delà de quelques assertions morales ridicules et infondées...
« Ses » Femmes sont multiples et belles, mystérieuses et conquérantes, drôles ou émouvantes, elles existent !

Laureth Sulfate comprend ces multiples «Féminins» et les exprime dans les mouvements et moments suggérés des corps et regards qu'elle met en scène.
Elle sait « écrire » ces étonnants drapés dont elle en suggère parfaitement et étonnamment les découvertes probables, les pudeurs et impudeurs.
Jamais vulgaires, vivantes, les femmes de Laureth Sulfate sont proposées parfaites et « imparfaites », recueillies ou superficielles, dans leurs vies, leurs contraintes et leurs libertés.
C'est là le talent de suggestion de cette artiste,
Elles sont là les subtilités exprimées de cette femme étonnante...

Laureth Sulfate vit et travaille à Lyon (France).
Diplômée de l’École Nationale des Beaux-Arts de Lyon DNSEP.
Réalisatrice de courts métrages, elle se consacre aujourd'hui à l’illustration, la photographie et aux arts numériques.

Jean-Luc Théo